Budget
à
Surface
à
Welkhomme
2 Rue Le Hellec
56000 Vannes


06 63 63 19 20
09 83 56 32 12

Agence immobilière Vannes

Comment les Français envisagent leur projet immobilier après le confinement ?

  • 29% ont mal vécu le confinement dans leur logement
  • 42% ont des critères d’achat qui ont évolué après confinement
  • 68% de projets immobiliers arrêtés
  • 81% souhaitent une maison
  • 86% veulent être proches de commodités (transports, commerces…)

De nombreux Français ont mal vécu le confinement dans leur logement

Comme on pouvait s’y attendre l’enfermement a été difficile à vivre pour de nombreux Français. En effet,

29% des personnes interrogées estiment avoir mal vécu le confinement au sein de leur logement

. Bien évidemment, un logement trop petit est la première cause de ce mal être (72%). Le manque d’extérieur privé est le second critère le plus cité (50%), viennent ensuite les nuisances sonores (22%) ou encore l’accès difficile aux commerces de proximité (17%).

Des critères d’achat qui ont fortement évolué après le confinement

Avant la crise sanitaire et le confinement, 61% des répondants avaient déjà un projet d’achat immobilier.

Parmi ces porteurs de projet, près de la moitié (42%) a avoué que leurs critères d’achat ont évolué à la suite du confinement.

Si l’objectif d’achat n’a pas changé avant et après le confinement (87%) pour une résidence principale et 13% pour un investissement locatif), d’autres critères ont été totalement modifiés. L’exemple le plus notable concerne le type de bien.

Avant le confinement, 64% des futurs acquéreurs souhaitaient acheter une maison. Ce chiffre est passé à 81% après le confinement !

Le manque d’espace et d’extérieur les a donc incités à s’orienter vers les maisons.

Une surface plus grande et un extérieur : les deux principaux critères

À la suite du confinement, nombreux sont les ménages à avoir pris conscience que posséder de grands espaces au sein de leur logement était indispensable. On constate que 79% des sondés qui avaient un projet immobilier avant la crise sanitaire, souhaitaient changer de bien pour posséder une superficie plus grande. Après confinement, c’est la quasi-totalité des futurs acquéreurs soit 98% qui souhaitent posséder une superficie plus grande que leur logement actuel. Dans le même sens, on remarque qu’avoir son propre extérieur est l’une des caractéristiques essentielles pour les Français. Aujourd’hui ils sont 85% à rechercher un bien possédant un extérieur privatif, contre 47% avant le confinement. Mais ce ne sont pas les seuls critères qui se sont ajoutés aux projets des répondants. S’il y a quelques mois seulement, 5% souhaitaient posséder une piscine, ils sont maintenant 31% à avoir inclus ce plaisir au sein de leur projet immobilier.

Les Français ont décidé de se lancer dans un nouveau projet immobilier pendant le confinement

Cette période de confinement a fait naître de nouvelles envies chez les Français. Si parmi les répondants 39% n’avaient pas de projet immobilier avant le confinement, 50% d’entre eux sont maintenant prêts à se lancer dans l’achat d’un bien immobilier. La majorité de ces futurs acquéreurs (83%), souhaitent accéder à la propriété ou changer de résidence principale. Pas surprenant, 84% d’entre eux recherchent une maison en province. Pour apporter davantage de précisions, penchons-nous sur le type d’agglomération choisi. On constate que les destinations privilégiées pour près d’un acquéreur sur deux sont les villages de moins de 5000 habitants et les petites villes comprises entre 5 000 et 20 000 habitants. Le bien idéal pour 92% des sondés devra posséder un extérieur, pour 68% être plus grand que leur logement actuel et enfin pour 18% posséder une piscine. A la recherche de calme et de nature, ils souhaitent profiter de leur logement et de ses extérieurs, d’ailleurs 57% se dirigeront vers une maison de campagne.

Modalités de l’étude - réalisée par www.le-partenaire.fr
L’étude quantitative a été réalisée auprès de 238 particuliers provenant de la base de données Le-Partenaire.fr et de ses abonnés sur les réseaux sociaux. Le formulaire a été administré par email et publié sur les réseaux sociaux pendant une semaine, du 26 juin au 3 juillet.